" De nos jours, une femme sur trois avorte au moins une fois au cours de sa vie. L'avortement n'est pas une exception, une erreur de parcours ou un échec. Il fait partie de la vie des femmes. Or, si le droit a considérablement avancé en cinquante ans, les femmes qui souhaitent mettre fin à une grossesse se heurtent encore à des obstacles importants. Des difficultés matérielles, liées aux délais encore courts pour accéder à une IVG (douze semaines de grossesse) et au manque de professionnels et structures pratiquant l'IVG. En Europe, plusieurs pays ont encore des législations qui mettent en péril la vie des femmes qui souhaitent mettre fin à leur grossesse. Aussi, 160 signataires, dont la FNCIDFF - Fédération nationale des CIDFF, appellent le gouvernement et le Parlement à montrer l'exemple en s'engageant résolument en faveur du droit des femmes à disposer de leur corps et en allongeant le délai d'accès à l'IVG. "

 

Lire la tribune cosignée par Danielle Bousquet, présidente de la fédération nationale des CIDFF