Mettre les droits des femmes au cœur du débat politique

Parce que les droits des femmes doivent être au cœur de cette campagne présidentielle 2022, au premier comme au second tour, les CIDFF ont lancé la campagne  "Votez pour les droits des femmes".

 

Un choix de société pour toutes et tous

En 2022, des élections majeures se tiennent en France : l’élection présidentielle et les élections législatives. Ce sont les premières élections d’une telle importance à se tenir après #MeToo. Depuis 2017, nous assistons à une prise de conscience inédite de l’opinion publique face aux violences faites aux femmes et aux enjeux liés à l’égalité femmes hommes.

 

Pour répondre à ces aspirations de la société, les droits des femmes doivent être au coeur du débat politique. C’est dans cette perspective que la FNCIDFF a défini, grâce à l’expérience de terrain développée par les CIDFF depuis 50 ans, une série de propositions pour améliorer la situation des femmes et atteindre l’égalité entre les femmes et les hommes.

Retrouvez nos propositions

 

Des garanties nécessaires

Lors du prochain quinquennat, il est nécessaire de garantir pour un meilleur développement des droits des femmes dans notre pays :

  • L’existence d’un ministère des Droits des femmes de plein exercice
  • L'augmentation des financements pour les associations spécialisées qui oeuvrent au quotidien sur le terrain auprès des femmes, pour lutter contre les inégalités femmes hommes et les violences faites aux femmes. 
  • Le recours systématique à des statistiques sexuées afin de pouvoir véritablement mesurer l’ampleur des inégalités entre les femmes et les hommes, dans tous les domaines.

Nous incitons les Françaises et les Français à voter pour un·e candidat·e qui améliorera la vie des femmes.

 

Femmes étrangères victimes de violences

 

Les CIDFF accompagnent de nombreuses femmes étrangères, qu’elles soient en situation régulière ou irrégulière. Le constat sur le terrain est alarmant, en 2020, seulement 100 cartes de séjour ont été obtenues à la suite d’une ordonnance de protection. Les femmes étrangères ont besoin d’un accompagnement spécifique et il est urgent d’harmoniser leur statut afin de lutter contre l’instabilité juridique à laquelle elles font trop souvent face.

 

Les CIDFF invitent les candidat·e·s à la présidentielle à ajouter, dans leur programme, des mesures pour :  
  • Améliorer l’accès au droit des femmes étrangères pour favoriser leur insertion et leur autonomie sociale et économique 
  • Assurer la protection des femmes étrangères victimes de violences conjugales et familiales 
  • Sécuriser la situation administrative des personnes étrangères victimes de prostitution ou de traite des êtres humains 

 

 Répartition des tâches

 

 

Les rôles sociaux genrés débouchent sur des inégalités dans le partage des tâches au sein du foyer et sur des situations de dépendance économique défavorables aux femmes qui, en cas de rupture, sont plus exposées aux risques de se retrouver en situation de précarité. 

 

 Les CIDFF invitent les candidat·e·s à la présidentielle à ajouter, dans leur programme, des mesures pour :  
  • Favoriser la coparentalité et l’implication des deux parents de manière égale dans l’éducation des enfants et la gestion du foyer 
 

 Éducation non-sexiste

L’éducation à l’égalité est fondamentale dès le plus jeune âge. Elle permet de lutter contre les stéréotypes de genre et de prévenir un certain nombre de violences sexistes et sexuelles. Or, peu de mesures en ce sens ont été mises en place ces dernières années.  

Les CIDFF invitent les candidat·e·s à la présidentielle à ajouter, dans leur programme, des mesures pour : 

  • Garantir la mise en place effective d’une véritable éducation à l’égalité, à la lutte contre les violences sexistes et sexuelles et contre les stéréotypes de genre, dès le plus jeune âge 

 

Femmes et précarité

 

De nombreuses femmes sont touchées par la précarité et elles sont davantage touchées par la précarité que les hommes. En effet, les femmes représentent environ trois quarts des bas salaires (les salaires inférieurs aux deux tiers du salaire médian de l'ensemble de la population) et les taux d’activité des femmes sont encore inférieurs de 8 points à ceux des hommes (68 % au lieu de 76 % en 2018). Les causes sont diverses et la crise liée au COVID 19 a accentué la pauvreté et la précarité. Une politique volontariste est urgente et fondamentale pour accompagner les femmes qui se retrouvent dans des situations précaires afin qu’elles en sortent de manière durable.   

 

Les CIDFF invitent les candidat·e·s à la présidentielle à ajouter, dans leur programme, des mesures pour : 

  • Renforcer l’accès aux droits des femmes en situation de précarité  
  • Lutter contre les situations d’errance  
  • Rendre les politiques de lutte contre la précarité plus efficaces pour les femmes  
  • Garantir la gratuité des protections périodiques pour les femmes en situation de précarité 
  • Limiter le fractionnement du temps de travail en regroupant les heures de travail des salariées à temps partiel 
  • Favoriser l’insertion professionnelle des femmes en situation de monoparentalité 
  • Lutter contre la fracture numérique pour favoriser une meilleure insertion professionnelle des femmes 

 

Éducation sexualité et consentement

 

 

L’éducation à la sexualité et au consentement doit se faire dès le plus jeune âge. Elle permet de prévenir un certain nombre de violences sexistes et sexuelles. Or, peu de mesures en ce sens ont été mises en place ces dernières années et la loi prévoyant 3 séances d’éducation à la sexualité par an n’est pas appliquée. Il apparaît essentiel de définir des politiques publiques ambitieuses en la matière. 

 

Les CIDFF invitent les candidat·e·s à la présidentielle à ajouter, dans leur programme, des mesures pour : 

  • Garantir la mise en place effective d’une véritable éducation à l’égalité, à la lutte contre les violences sexistes et sexuelles et contre les stéréotypes de genre, dès le plus jeune âge 
  • Sensibiliser les parents à l’égalité et au respect mutuel 

 

Santé sexuelle et reproductive

 

Les femmes vivent plus longtemps que les hommes mais en moins bonne santé. La rupture d’égalité entre les femmes et les hommes est une réalité, également dans le domaine de la santé. La crise liée au COVID 19 a accentué le renoncement aux soins chez les femmes et certains territoires sont totalement dépourvus de gynécologue ou de maternité. Aussi, il est nécessaire de mettre en place des politiques ambitieuses pour permettre à toutes les femmes d’accéder à des soins de qualité sur l’ensemble du territoire.  

 

Les CIDFF invitent les candidat·e·s à la présidentielle à ajouter, dans leur programme, des mesures pour : 

  • Renforcer l’accès aux soins pour les femmes 
  • Favoriser l’approche genrée dans la recherche médicale 

 

Lutte contre les féminicides

 

Les violences faites aux femmes sont l’un des principaux problèmes structurels auxquels notre société fait encore face et les femmes continuent d’être victimes de violences sexistes et sexuelles, à tous les âges et dans tous les milieux sociaux. Les CIDFF accompagnent au quotidien de nombreuses femmes en situation de violences. Leur expérience de terrain permet d’identifier les mesures à mettre en place pour lutter contre les violences et mieux protéger les femmes qui en sont victimes. 

Les CIDFF invitent les candidat·e·s à la présidentielle à ajouter, dans leur programme, des mesures pour : 

  • Améliorer le repérage, la prise en charge et l’orientation des femmes victimes de violences 
  • Améliorer la protection des femmes victimes de violences  
  • Favoriser l’autonomie économique des femmes victimes de violences 
  • Améliorer la prise en charge et la protection des enfants victimes ou co-victimes de violences intrafamiliales 
  • Renforcer la protection des femmes en situation de handicap victimes de violences 

 

Cybersexisme

 

 

Pendant ces cinq dernières années les cyberviolences ont explosé. Malgré la mise en place de PHAROS (plateforme d’harmonisation, d’analyse, de recoupement et d’orientation des signalements), il apparaît qu’il faut aller plus loin dans la lutte contre le cybersexisme.  

Les CIDFF invitent les candidat·e·s à la présidentielle à ajouter, dans leur programme, des mesures pour : 

  • Renforcer la prévention et la protection des victimes de cyberviolences 
  • Mettre en place les moyens nécessaires pour lutter contre le cyberproxénétisme

 

  Que proposent les candidat·e·s  ?  

Afin de vous aidez à vous repérer dans les programme des deux candidat.e.s au second tour de la présidentielle, notamment sur les droits des femmes, nous vous invitons à lire les mesures annoncées au sein de leur programme :  

 

 

 

 

Mettre les droits des femmes au cœur du débat politique

Actualité

Publié le 12/05/2022

La FNCIDFF recrute !

La FNCIDFF recrute un·e chargé·e de communication relations presse et rédactionnel

Lire plus

Publié le 25/04/2022
Publié le 25/04/2022

#VotezPourLesDroitsDesFemmes - Tribune du JDD

La FNCIDFF est cosignataire de la tribune publiée dans le JDD...

Lire plus

Publié le 15/04/2022
Publié le 30/03/2022